Élisabeth B. – Mariages & Événements
Version 2

Croire. Persister. Accomplir.

2015-09-29

«All our dreams can come true if we have the courage to pursue them.» – Walt Disney

L’Événement Groupe Perron, c’est l’histoire de quelques personnes qui avaient l’idée de contribuer, bien modestement, au bien-être d’enfants malades en organisant un événement. L’idée s’est ensuite convertie en un rêve, celui de faire grandir ce projet, en repoussant toujours les limites et l’objectif. C’est ainsi qu’en 10 éditions, le Groupe Perron a remis plus de 1,5 million de dollars à différents organismes, en réalisant que les besoins sont immenses mais surtout, en demeurant convaincus que chaque contribution compte, aussi modeste soit-elle. 

J’ai eu le privilège de coordonner l’Événement Groupe Perron depuis sa toute première édition en 2006. Loin d’être parfaite, cette première édition a néanmoins fait naître le désir d’entraider et de changer les choses, la volonté de toujours faire mieux et davantage.

A-t-on pensé à tout?

Pour réaliser l’Événement Groupe Perron, il faut (entre autres): un grand terrain, un chapiteau pouvant accueillir plus de 550 personnes, un chapiteau pour l’aménagement d’une cuisine opérée par le service traiteur, un plancher, une grande scène, la sonorisation, l’éclairage, le système de projection, tout le matériel pour présenter un encan silencieux incluant plus de 200 lots et un encan à la criée avec des lots aussi inusités qu’exceptionnels. Il faut assurer la disponibilité des services d’urgence avec un ambulancier sur place, l’alimentation électrique de toutes les installations, l’accès à l’eau, l’éclairage du site de stationnement ainsi que l’aménagement d’installations sanitaires, de loges pour les artistes, d’un espace repas pour les bénévoles. Au total, c’est plus de 50 personnes qui travaillent bénévolement à faire de cet événement un succès, avant, pendant et même après! En d’autres mots, il faut prévoir mille et une choses. Et est-ce que tout ça s’est toujours fait sans anicroches ni imprévus? Certainement pas! J’aimerais d’ailleurs partager quelques anecdotes afin de démontrer le chemin parcouru depuis la première édition.

Les débuts

En janvier 2006, je rencontre le Groupe Perron qui avait besoin de soutien pour l’organisation d’un événement bénéfice avec pour objectif de remettre 25 000$ à la fondation Charles-Bruneau. M. Gérald Perron aurait alors pu choisir d’organiser la soirée dans une salle du centre-ville de Montréal, ce qui aurait été moins compliqué à bien des égards. Mais désirant faire quelque chose de différent et de plus personnalisé, il propose de tenir l’événement chez lui, dans les Cantons de l’Est, sous un chapiteau monté sur son court de tennis. La formule qui est retenue est celle d’une soirée spectacle mettant en vedette Gregory Charles.

Première édition de l'Événement Groupe Perron - 26 août 2006

Première édition de l’Événement Groupe Perron, 26 août 2006

Je n’avais jamais coordonné un événement bénéfice de cette envergure et ce type d’événement n’a absolument rien à voir avec un événement corporatif ou un mariage. Il faut trouver le bon équilibre entre ce qui est vraiment nécessaire et ce qui est superflu, de façon à ce que l’événement soit suffisamment exceptionnel pour que les participants aient envie d’être présents l’année suivante mais sans faire des dépenses excessives qui réduisent de façon importante le montant à remettre aux organismes bénéficiaires. Lors de la première édition, le bon équilibre n’avait pas encore été trouvé.

Tout s’est organisé par une équipe qui avait une très grande volonté et, pour s’assurer d’atteindre l’objectif, avec l’idée que les membres du Groupe Perron ferait tout eux-mêmes, de l’impression des billets et la mise en page du programme de la soirée, à l’installation d’un tapis sous le chapiteau. Le tapis en question avait d’ailleurs été trouvé à peu de frais par le groupe. Mais c’est une fois livré sur le site, la veille de l’événement, que l’état du tapis a été constaté. Il avait certainement été utilisé pour une foire agricole la semaine précédente! Ainsi, l’équipe a trouvé en vitesse des machines pour laver le tapis et a travaillé jusqu’aux petites heures pour le remettre en état avant l’arrivée des invités.

Parmi les autres difficultés auxquelles nous avons fait face, notons que de nombreux participants à cette première édition provenaient de Montréal. En étant convoqués à 19h dans les Cantons de l’Est, plusieurs n’avaient pas eu le temps de prendre un repas. Il y avait bien quelques bouchées servies mais pas en quantité suffisante pour des personnes qui n’avaient pas soupé. Nous n’avions pas commandé assez de vin, généreusement commandité par Léon Courville Vigneron. Et la génératrice qui alimentait le système d’éclairage du chapiteau est tombée en panne d’essence. Mais l’essentiel, c’est que l’objectif avait largement été dépassé et c’est avec beaucoup de fierté que le Groupe Perron a remis 47 000$ à la fondation Charles-Bruneau, en se promettant de faire mieux l’année suivante. 

La suite

Loin de se laisser décourager par les quelques difficultés rencontrées, le Groupe Perron a plutôt cherché des solutions. Pour la seconde édition, ils ont approché M. Léon Courville qui a accepté que l’événement soit tenu sur son magnifique vignoble, ce qui venait de régler le problème de l’approvisionnement en vin! Ils ont ensuite modifié la formule pour inclure un repas avec la présentation du spectacle. Et j’ai pu collaborer avec mon collègue Frédéric Laflamme de l’Agence Lion pour gérer les très nombreux aspects logistiques.

7e édition de l'Événement Groupe Perron. Photo: Forward Visual

Événement_GroupePerron-0315

7 édition de l’événement au vignoble de M. Léon Courville – 25 août 2012. Photo: Forward Visual.

Bien sûr, d’autres imprévus sont survenus au cours des éditions suivantes. Je pense notamment à l’alternateur défectueux d’une génératrice qui alimentait tous les équipements techniques du chapiteau principal (son et éclairage), génératrice que l’équipe de TKNL a réussi à remettre en marche en utilisant le véhicule de l’un des techniciens pour survolter et alimenter la batterie. Je me souviens aussi de l’un des fours en cuisine qui n’a pas fonctionné ou du réseau Internet soudainement plus lent, ralentissant de façon importante les transactions pour les paiements des lots d’encan. Et tellement d’autres anecdotes que je raconterai peut-être un jour sur ce blogue!

_MG_8453

Un projet qui mobilise

En coordonnant cet événement, j’ai été le témoin privilégié de son évolution. Ce qui m’impressionne le plus aujourd’hui, c’est le nombre de personnes impliquées et dévouées, travaillant tous pour un objectif ultime: que des fondations puissent venir en aide aux plus vulnérables de notre société.  

10e édition de l’événement – 29 août 2015. Vidéo: Cinco.

Formellement, l’équipe du Groupe Perron œuvre en finance, pas en événementiel! Après toutes ces années, j’aimerais leur rendre hommage puisqu’ils ont sans contredit démontré beaucoup de persévérance et tout un talent pour convaincre et mobiliser autant de gens derrière ce beau projet qui, je le souhaite sincèrement, se poursuivra encore longtemps!